Princeton University Library Catalog

Bossuet / Joël Schmidt.

Author:
Schmidt, Joël [Browse]
Format:
Book
Language:
French
Published/​Created:
  • Paris : Salvator, [2017]
  • copyright 2017
Description:
350 pages ; 23 cm.
Series:
Bibliographic references:
Includes bibliographical references (pages 283-287).
Contents:
  • Enfance à Dijon, études à Paris -- Naissance en 1627, et enfance de Bossuet à Dijon. Tonsuré à sept ans. Premières études au collège des jésuites de Gondrans à Dijon. Études de rhétorique au collège de Navarre à Paris. Bossuet, en 1643, soutient une thèse de philosophie. Puis une seconde thèse à la Sorbonne en 1648. Fréquentation des salons mondains et précieux -- La période messine -- Sous-diacre à Metz en 1648. Premier écrit connu de Bossuet : Sur la brièveté de la vie, thème qui lui sera familier tout au long de sa vie. Allers et retours incessants entre Metz et Paris. Amitié avec Vincent de Paul. Passe une licence de théologie puis un doctorat en 1652. Archidiacre de la cathédrale de Metz. Entrée dans la Compagnie du Saint-Sacrement. À Metz, Bossuet confronté aux juifs, protestants et à la Fronde, guerre civile atroce dont son ami le Grand Condé est du côté des frondeurs -- Premiers débats avec les protestants -- Bossuet prononce sa première Oraison funèbre en 1655. Contacts courtois avec la communauté juive de Metz et avec celle des protestants. Débats fermes et courtois avec le pasteur Ferry. Convaincre et contraindre, telle est la devise implicite de Bossuet à l'égard des protestants. Panégyrique de sainte Thérèse devant Anne d'Autriche qu'il séduit par son art oratoire -- Premières prédications parisiennes -- Bossuet quitte Metz en 1659 pour Paris. Amitié, déjà longue, avec saint Vincent de Paul. Il sait entrer en relation avec des ecclésiastiques influents. On le voit prêcher devant le Grand Condé, ami de sa famille, devant Anne d'Autriche et la reine Marie-Thérèse, puis devant le roi en 1662, où il lui reproche la misère dans son royaume et son attachement à Mme Louise de La Vallière -- Premiers Sermons audacieux -- En cette année 1662, Bossuet prononce de nombreux sermons. Prédicatifs contre les libertins, sur le pouvoir des rois, sermon sur la mort en présence de Louis XIV, puis au Val-de-Grâce nouvellement construit devant Anne d'Autriche -- Essor de la carrière de Bossuet -- 1664: Bossuet est élu doyen de l'Église de Metz. Nombreux allers et retours entre Paris et Metz. Panégyrique de sainte Catherine, l'année précédente, à Saint-Nicolas du Chardonnet : Misogynie de Bossuet ? 1665: discussions qui ne seront pas rendues public entre Bossuet et les religieuses de Port-Royal de Paris auxquelles on veut faire signer une renonciation en cinq points de la doctrine de Jansénius : caractère peu contraignant des arguments de Bossuet qui aura toujours des sympathies pour les jansénistes. 1665 : Sermon sur la divinité de la religion en présence de Louis XIV et de son frère, Philippe d'Orléans. Il attaque à nouveau les libertins et la libre pensée. Mort en 1666 d'Anne d'Autriche : éloge de Bossuet. La même année, éloge sur la justice devant le roi et la reine et Sermon sur l'honneur en présence de Louis XIV. Retour à Metz où son père meurt en 1667 -- Prédications à la cour de Louis XIV
  • Conversion de Turenne au catholicisme dont Bossuet est plus que l'initiateur. Sermon sur la vocation des Gentils devant l'élite de la cour. Rédaction lente et reprise souvent sur les Variations qui devait paraître définitivement en 1688. 1669 : Bossuet est nommé évêque de Condom où il restera une année. La même année, Oraison funèbre d'Henriette de France, épouse de Charles Ier d'Angleterre, et l'année suivante, celle de sa fille, épouse du frère du roi, Henriette de France : Madame se meurt, Madame est morte. 1671, Bossuet est nommé précepteur du Dauphin -- Académicien français et précepteur du Dauphin -- Élection à l'Académie Française. Précepteur du Dauphin : ses tâches, ses ouvrages à l'usage de son élève, ses déceptions -- Discussions avec le pasteur Claude -- Autres ouvrages de Bossuet à l'usage du Dauphin. Débats avec le pasteur Jean Claude, du temple de Charenton -- Sur les maîtresses du Roi -- Les relations de Bossuet avec Louis XIV. Les maîtresses du Roi. L'action de Bossuet pour les détacher du souverain. Succès auprès de Mme Louise de La Vallière, échec auprès de Mme Athénaïs de Montespan. Critique sévère de Bossuet sur le règne trop guerrier et trop dispendieux de Louis XIV -- L'évêché de Meaux -- Bossuet quitte ses fonctions de précepteur du Dauphin. Nomination à l'évêché de Meaux. La vie quotidienne de Bossuet à Meaux. Le cercle de ses divers amis. Bossuet s'essaye à la poésie religieuse -- L'Aigle de Meaux et le gallicanisme -- Bossuet poursuit à Meaux son oeuvre de pasteur et d'évangéliste notamment à l'égard des femmes. Une excellente santé lui permet d'accomplir d'énormes tâches. La question du gallicanisme et la Déclaration en quatre points rédigée par Bossuet à ce sujet et validé par Louis XIV le 23 mars 1682 -- Deux oraisons funèbres capitales -- Oraison funèbre de la Reine Marie-Thérèse d'Autriche, puis d'Anne-Marie de Gonzague, belle-mère du Grand Condé. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 auquel Bossuet reste étranger. Oraison funèbre du Grand Condé -- Suite du combat anti-protestant -- Publication de l'Histoire des variations des Églises protestantes en 1688. Portrait de Luther et de Calvin, selon Bossuet. La réaction protestante sous la conduite de Jurieu, la réplique de Bossuet et les polémiques qui s'ensuivent -- Efforts pour une réunion des protestants aux catholiques -- Attitude de neutralité de Bossuet à l'égard de la révocation de l'édit de Nantes : ce qui lui vaut une certaine sympathie parmi les protestants. Bossuet cherche à "réunir" protestants et catholiques par le biais des luthériens, comme Molanus de Lokkum ou comme Leibniz avec lequel il entretient une correspondance. Il y mettra fin en 1701 jugeant la réunion impossible -- Attitude ambiguë envers les protestants. Condamnation du Théatre -- Les embarras de Bossuet à l'égard des protestants français convertis. Nouvelle polémique avec Jurieu. Bossuet semble remporter la palme par sa maîtrise et ses connaissances. Bossuet donne des sauf-conduits à certains protestants pour qu'ils puissent rentrer en France. Un autre cheval de bataille : la condamnation du théâtre. Corneille, Racine et Molière sont cloués au pilori par Bossuet. Contre le quiétisme et Fénelon
  • Le quiétisme. Mme Guyon et Fénelon. Hargne de Bossuet à l'égard de Fénelon considéré comme un hérétique. Bossuet ne lâche pas cet ennemi de la vraie foi, n'hésitant pas à l'humilier avec un zèle acariâtre -- Ultimes controverses -- Bossuet est nommé en 1695 conservateur des privilèges de l'Université de Paris puis en 1697 conseiller d'État et premier aumônier de la duchesse de Bourgogne, la future mère de Louis XV. Bossuet perd son dernier frère encore vivant et en est affecté. Il participe en 1700 à une Assemblée au château de Saint-Germain-en-Laye pour discuter du jansénisme et de ses progrès. Il rédige deux lettres assez modérées à ce sujet qui sont confiées au roi. Bossuet a-t-il eu des faiblesses pour le jansénisme ? La question a été souvent posée. Bossuet bataille contre Richard Simon et sa traduction de la Bible -- Vers la mort -- Dernière passe d'armes contre le jansénisme. Atteint de la maladie de la pierre dont il souffre beaucoup, Bossuet s'affaiblit lentement, renonce peu à peu à nombre de ses charges, tout en gardant le plus souvent toute sa conscience, et meurt, après une longue agonie, le 12 avril 1704 au matin à Paris. La descendance de Bossuet.
Subject(s):
ISBN:
9782706715501 (pbk.) :
OCLC:
1004774871
RCP:
N - S