Chypre, l'île des nations chrétiennes : 1192-1473 / Laurent Fenoy ; préface de Michel Balard.

Author
Fenoy, Laurent [Browse]
Format
Book
Language
French
Published/​Created
  • Paris : Geuthner, [2023]
  • ©2023
Description
755 pages : illustrations, maps, charts ; 24 cm

Details

Subject(s)
Biographical/​Historical note
Laurent Fenoy a étudié à l'Université Paul-Valéry Montpellier III et obtenu l'agrégation d'histoire, avant de soutenir sa thèse, Chypre île refuge, 1192-1473, dans le cadre du Centre d'Études Médiévales de Montpellier (CEMM), sous la direction des professeurs Gérard Dédéyan et Gilles Grivaud. Professeur de Classe Préparatoire aux Grandes Écoles, chargé de cours aux universités de Montpellier et Nîmes, il est membre du jury écrit et oral des concours du CAPES et de l'agrégation d'histoire et géographie. Familiarisé avec l'île de Chypre grâce à des visites de terrain préparées avec le chercheur chypriote Nicholas Coureas, il se consacre tout particulièrement à l'histoire de Chypre durant la période de domination latine, bénéficiant des conseils éclairés du professeur Brunelzilde Inzhaus.
Summary note
"Dès l'époque byzantine Chypre accueille d'importants flux migratoires chrétiens notamment lors de la progression seldjoukide. L'enracinement de la dimension chrétienne du refuge chypriote se renforce considérablement durant les croisades et au-delà alors que l'Orient musulman est en proie à des désordres exogènes et endogènes. Sous la domination des Lusignan (1192-1473) et jusqu'à la fin de la période vénitienne, 1571, le contraste est avéré entre le peu d'attraction de l'île auprès des populations juives et musulmanes et son rayonnement auprès des communautés chrétiennes principalement franque, arménienne, maronite, jacobite, melkite et nestorienne, mais également grecque, géorgienne copte et éthiopienne. Ces migrations ont un fort impact sur la société insulaire. Dans un premier temps s'étendant de 1192 aux années 1310, les Francs "réfugiés conquérants", imposent un nouvel "ordre chiprois", privilégiant une haute noblesse franque installée aussi bien à Chypre qu'en Terre sainte. Cependant, à partir du XIVe siècle les intérêts des nouveaux venus issus d'Occident s'agrègent à ceux des élites grecques et chrétiennes orientales pour ancrer une nouvelle identité kypriote vainement contestée, tant par les descendants des réfugiés francs que par le "petit peuple" grec. Dans leur capacité à défendre comme à instrumentaliser les identités spécifiques de chaque communauté insulaire tout en les coiffant par une identité nationale, les nouveaux kypriotes n'entendent pas seulement jouer des dynamiques identitaires à des fins sociales : ils s'assignent un dessein historique visant à ériger la petite île de Chypre comme sanctuaire des nations chrétiennes aux portes de l'Islam."--Page 4 of cover.
Notes
Originally presented as the author's thesis (doctoral)--Montpellier 3, 2011.
Bibliographic references
Includes bibliographical references (pages 641-714) and indexes.
Contents
  • Pt. 1. Chypre, Un Refuge Chrétien Pluriséculaire
  • 1. L'enracinement du refuge chrétien avant l'installation franque
  • Le dynamisme des migrations choisies
  • Une "île continent", riche et attractive
  • La proximité du continent
  • Un contexte économique très contrasté
  • Des migrations économiques à la charnière des mouvements choisis et subis
  • Le poids des liens religieux
  • La stimulante proximité de la Terre sainte
  • L'ancrage de Chypre aux réseaux chrétiens de la Méditerranée orientale
  • Chypre, un refuge chrétien face au Dâr al-islâm
  • Les premières manifestations de la fonction de refuge chrétien
  • La force du refuge symbolique
  • Chrétiens déportés et réfugiés à Chypre à l'époque du condominium byzantino-musulman. 650-960
  • L'érection du refuge chypriote durant l'antagonisme byzantino-arabe
  • Une recrudescence des migrations chrétiennes fin Xe début XIe siècle
  • Les conséquences de la poussée seldjoulcide sur les migrations chrétiennes à Chypre
  • Chypre à la veille de l'installation des Lusignan : une île grecque déjà largement ouverte aux réfugiés chrétiens
  • Le refuge chypriote aux premiers temps de la croisade
  • Une île refuge, base arrière des croisades
  • Prolongement des migrations arméniennes à Chypre au XIIe siècle
  • Chypre à la veille de l'occupation latine : une île grecque ouverte à des migrations panchrétiennes
  • Une île grecque
  • Le poids des migrations chrétiennes
  • 2. "Jeter les latins à la mer"
  • De l'île refuge à la base arrière du Levant latin. 1192-1243
  • Un premier mouvement de refuge franc : 1192-1193
  • Le poids des campagnes ayyoubides sur les mobilités franques. 1187-1192
  • Le règlement partiel de la question des réfugiés
  • L'appel de Guy de Lusignan
  • Les chevaliers, premiers réfugiés Francs à Chypre
  • L'impact des migrations choisies
  • Les limites des migrations des ecclésiastiques latins
  • Chypre base arrière du Levant latin. 1193-1243
  • Marginalité des persécutions à l'encontre des Francs. 1193 - 1243
  • Une île prisée des grands feudataires francs. 1193-1243
  • Chypre base arrière des clergés latins de Terre sainte
  • Les migrations choisies des ressortissants italiens
  • L'apogée du refuge franc. 1244-1291
  • L'élimination des Francs du Proche-Orient. 1244-1291
  • Les conséquences des offensives Khwarezmiennes et ayyoubides sur les populations franques. 1244 - 1250
  • L'élimination des Francs sous les Mamelouks
  • Une fuite massive à Chypre
  • La marginalité des autres destinations
  • Chypre, un pôle migratoire prépondérant
  • Les incertitudes de l'estimation quantitative
  • Les installations des ecclésiastiques latins à Chypre, témoins de l'ampleur du refuge franc entre 1244 et 1291
  • Les Ordres réguliers
  • Les Ordres militaires
  • Clergé séculier
  • Les limites du refuge chypriote
  • La faiblesse du refuge des ressortissants italiens
  • Marginalité du refuge franc au-delà de 1291
  • Conclusion du chapitre 2
  • 3. L'ampleur du refuge des chrétiens orientaux
  • Fuir avec les Francs. 1192-1291
  • Une fuite simultanée avec les Francs au lendemain de la Troisième Croisade
  • L'impact des guerres sur les chrétiens orientaux
  • L'acuité de la question des réfugiés chrétiens orientaux entre 1187 et 1192
  • L'adhésion des chrétiens orientaux au refuge chypriote
  • Un refuge massif des chrétiens orientaux entre 1244 et 1291
  • La violence des campagnes militaires, khwarezmiennes et mameloukes
  • Le poids des invasions mongoles
  • L'intensification des migrations chrétiennes à Chypre de 1244 à 1291
  • Prolongement et accentuation des migrations à Chypre des chrétiens orientaux après 1291
  • Des communautés chrétiennes victimes de nombreux déséquilibres en terre d'Islam
  • Un enchaînement de catastrophes affectant l'ensemble de la population aussi bien musulmane que non musulmane
  • L'amplification des troubles intercommunautaires
  • Une protection des pouvoirs insuffisante
  • L'ébranlement des Églises chrétiennes orientales
  • L'écrasement des Maronites et des Arméniens
  • Les offensives contre les Maronites
  • L'effondrement de la Cilicie arménienne
  • Le déclin démographique des chrétiens orientaux
  • Effondrement des effectifs
  • Le poids des conversions
  • Le prolongement et l'amplification des migrations à Chypre des chrétiens orientaux soumis aux musulmans
  • Une présence accrue à Chypre des chrétiens orientaux soumis aux musulmans entre 1291 et 1472
  • Les migrations des chalcédoniens
  • Les migrations des monophysites et des Nestoriens
  • Le refuge soutenu des chrétiens orientaux autonomes ou indépendants
  • Un refuge maronite à Chypre bref mais intense
  • L'intégration de Chypre à un refuge arménien polycentrique
  • Limites des migrations subies grecques et marginalité des flux juifs et musulmans
  • Une fuite grecque continue dans le temps mais d'ampleur limitée
  • Le refuge des artistes et copistes
  • Le refuge des antipalamites
  • Un refuge pour les dissidents politiques
  • Chypre, une destination marginale pour les populations non-chrétiennes
  • De migrations juives alternant les mouvements subis et choisis
  • Une présence de réfugiés musulmans difficile à évaluer
  • Conclusion de la première partie
  • Pt. 2. Triomphe et inflexion du nouvel ordre Chiprois. 1192-1324
  • 1. Chypre, île refuge
  • Les vicissitudes de la fuite
  • Une fuite dramatique
  • Un droit de fuir difficile à obtenir
  • Les dangers de la route
  • Le rôle déterminant des marines latines
  • L'assistance des Lusignan
  • Le rôle des marines des Ordres militaires et des communautés italiennes
  • Les solidarités de l'accueil
  • Des élans de solidarité spontanés
  • La dénonciation et l'instrumentalisation de la misère des migrants
  • L'entraide individuelle et diasporique
  • Les solidarités institutionnelles
  • Le rôle des ecclésiastiques
  • L'efficacité des mesures d'accueil ordonnées par les Lusignan
  • Les vertus intégratives du principe de la personnalité des lois
  • Un foisonnement de la production juridique au service du nouvel ordre chiprois
  • La recomposition du corpus relatif à la juridiction de la Haute Cour au cœur des ambitions du groupe des Chiprois
  • L'enrichissement du corpus juridique relatif aux bourgeois et autres non-feudataires
  • La réception du système de la personnalité des lois à Chypre par les non-catholiques
  • Une norme privilégiant les réfugiés francs sans exclure pour autant les non-catholiques
  • Un droit privé respectueux des spécificités communautaires
  • 2. L'intégration conflictuelle des francs, réfugiés conquérants
  • Les heurts liés à la fixation de la noblesse franque
  • De l'installation des premiers Poulains à l'avènement des Chiprois. Une intégration consensuelle
  • Utiliser les migrations au service de la territorialisation du pouvoir franc. 1192-1228
  • L'invention des Chiprois
  • Les Chiprois au service de la croisade
  • Les premières fissures de la solidarité nobiliaire 1265-1291
  • L'intégration conflictuelle de la dernière vague de la noblesse franque réfugiée à Chypre.
  • 1291 - 1310
  • L'agitation de la haute noblesse
  • L'épineuse question des fiefs
  • L'impossible dialogue
  • Échec de la restauration de l'ordre chiprois
  • La stratégie périphérique d'Henri II
  • Le cuisant échec de l'expédition de Tortose
  • De la dépossession d'Henri 11 à l'assassinat d'Amaury
  • Le rétablissement du consensus entre la noblesse et le pouvoir royal
  • Les limites de l'intégration des bourgeois
  • Un groupe social utile
  • La faiblesse démographique de la bourgeoisie franque
  • D'importantes fonctions politiques, militaires et économiques
  • Une intégration des bourgeois étroitement contrôlée par le pouvoir royal
  • Un accès aux tenures bourgeoises de plus en plus surveillé
  • La mise sous tutelle de la juridiction bourgeoise
  • L'échec de l'intégration des ecclésiastiques francs
  • Les limites de l'intégration des clergés, séculier et régulier
  • Les difficultés de l'intégration du clergé séculier
  • Les limites de l'intégration du clergé régulier
  • L'intégration contrastée des Ordres militaires
  • Le retrait éphémère des Teutoniques
  • Heurts et désordres liés à l'intégration des Templiers
  • L'intégration plus consensuelle des Hospitaliers
  • Le redéploiement des fugitifs génois et vénitiens
  • La délicate intégration des fugitifs génois à Chypre
  • Une progressive altération des relations entre les Lusignan et Gênes
  • La faible incidence de l'altération des relations entre les Lusignan et Gênes sur la fixation des fugitifs génois à Chypre
  • Le redéploiement des fugitifs vénitiens à Chypre
  • La lente affirmation de l'hégémonisme vénitien à Chypre
  • La primauté du redéploiement vénitien par rapport au refuge chypriote
  • 3. Les fortunes divergentes des sujets non catholiques
  • Un contexte favorable à la fixation des fugitifs chrétiens orientaux
  • Un statut social et religieux privilégié
  • D'importants avantages concédés par les Lusignan
  • La bienveillance pontificale à l'égard des chrétiens orientaux
  • Une intégration socio-économique inachevée des chrétiens orientaux
  • Des activités davantage urbaines que rurales
  • Le déclassement des élites chrétiennes orientales entre 1192 et 1324
  • Les Grecs entre accommodement et oppression
  • L'incidence contrastée du refuge chypriote sur la condition des Grecs
  • Le maintien des cadres et des institutions grecques
  • L'aggravation de la condition du peuple grec
  • L'instrumemalisation du dialogue religieux gréco-latin par les Lusignan
  • Spoliation et mise sous tutelle de l'Église grecque. 1192-1205
  • L'assujettissement de l'Église grecque dans les années 1220
  • Le martyre de Kantara
  • Le retour du statu quo : 1231-1251
  • Une Balla Cypria en trompe-l'œil
  • L'ambivalence de la politique religieuse des Lusignan
  • Conclusion de la deuxième partie
  • Pt. 3. Le temps des kyptiotes. 1324-1473
  • 1. Douloureuse et inefficace recomposition de la société franque
  • L'éphémère âge d'or des Francs durant le règne d'Hugues IV de Lusignan. 1324-1359
  • Hugues IV et la redéfinition de la place des Francs au Levant
  • La normalisation des relations entre Chypre et le domaine mamelouk
  • Le déplacement du centre de gravité des croisades
  • Hugues IV, roi croisé
  • L'âge d'or et ses limites
  • Une fortune des réfugiés francs vite remise en cause
  • Une noblesse franque désorientée à la fin du règne d'Hugues IV
  • Les derniers feux de l'ordre chiprois durant le règne de Pierre Ier de Lusignan. (1359-1365)
  • L'exhumation des valeurs hiérosolymitaines
  • Le retour de la croisade contre les Mamelouks
  • Une réappropriation trop orientée de l'héritage hiérosolomytain
  • Les crispations des lignages d'outremer et la révolution de 1369
  • Le déclin de la société franque et la montée des incompréhensions
  • La réaction nobiliaire et l'échec de la révolution
  • Une inéluctable remise en cause de la souveraineté franque 1373-1473
  • Chypre entre domination italienne et protectorat mamelouk
  • Le temps des catastrophes
  • La domination génoise sur Famagouste
  • Le protectorat mamelouk
  • Une lente mais inéluctable affirmation de l'autorité vénitienne
  • La recomposition de la noblessefranque et l'avènement des Kypriotes
  • L'accélération du déclin démographique de la noblesse de souche
  • Une irrémédiable perte d'influence des lignages d'outremer
  • 2. Grecs et chrétiens orientaux, de nouveaux kypriotes
  • L'Union des Églises, rempart contre l'assimilation. 1340 - 1473
  • Ultimes et vaines tentatives de réaffirmation de l'autorité de l'Église latine sur les sujets non catholiques
  • Le concile de Nicosie, outil de la concorde religieuse imposée par le roi
  • Une relecture du concile de Nicosie au service des prétentions de l'Église latine
  • Le dénouement de 1360 et l'effacement de l'Église latine
  • Un large consensus en faveur du cloisonnement confessionnel
  • Les résistances à l'égard de l'Union des Nestoriens, Melkites, monophysites et Maronites
  • Les réticences des Arméniens
  • L'Union comme outil de régulation des relations entre Grecs et Melkites
  • Fortune des chrétiens orientaux de Chypre
  • Un dynamisme reconnu et convoité par les pouvoirs
  • Diversité des activités et dynamisme des chrétiens orientaux
  • Des populations convoitées par les Italiens
  • La montée en puissance des élites chrétiennes orientales. 1324-1473
  • Essor et déclin des grands commerçants chrétiens orientaux
  • La révolte de Thibaut Belfarage, échec militaire et politique mais tournant social majeur
  • L'accès des élites chrétiennes orientales aux premiers cercles du pouvoir
  • Les Grecs entre adhésion et contestation
  • Une sensible amélioration de la condition des Grecs
  • L'amélioration du statut juridique du peuple grec
  • L'accès des élites grecques aux fonctions de commandement
  • Les limites du modus vivendi gréco-franc
  • Frustration et crispation du peuple grec
  • Kypriotes et "populace" grecque dos à dos
  • 3. Vivre ensemble sans se confondre
  • Une répartition de la population fortement marquée par les facteurs ethniques
  • Des Francs principalement implantés dans les villes
  • Les signes d'une faible pénétration rurale
  • Une forte implantation urbaine
  • La prépondérance des critères ethniques dans la répartition spatiale des chrétiens orientaux
  • Un regroupement très marqué des Maronites
  • Une propension des Arméniens à vivre ensemble
  • Une forte implantation syrienne difficile à localiser
  • Des communautés chrétiennes plus discrètes
  • Un intense brassage culturel ne débouchant pas sur une fusion des nations
  • Des pratiques polyglottes révélant un refus de l'assimilation et de la ségrégation
  • Le plurilinguisme chypriote
  • Le poids des pratiques polyglottes
  • Le foisonnement artistique
  • Le dynamisme des échanges artistiques
  • La pérennité des modèles artistiques propres à chaque communauté
  • Le brassage de la vie intellectuelle et des lettres
  • Le maintien des spécificités propres à chaque communauté
  • La vitalité des échanges
  • La compénétration des religions et ses limites
  • E Un vigoureux élan de compénétration des confessions
  • Une spiritualité et des pratiques dévotionnelles communes
  • Un fort sentiment de solidarité chrétienne face aux voisins musulmans
  • Une population sans cesse ramenée à son appartenance confessionnelle
  • La confessionnalisation des solidarités publiques
  • Les mariages interconfessionnels entre prohibition et régulation.
ISBN
9782705341107 ((paperback))
Statement on language in description
Princeton University Library aims to describe library materials in a manner that is respectful to the individuals and communities who create, use, and are represented in the collections we manage. Read more...
Other views
Staff view